L'argent local ferait le bonheur !A Magnac-Bourg, les principes de la création 
d'une monnaie locale vont être finalisés

Magnac-Bourg s'est donné deux jours pour réussir son pari : créer une monnaie locale citoyenne.

Maurice Fougeras et Kevin Roman

maurice.fougeras@centrefrance.com

 

Depuis hier, un air de fête accompagne la constitution de l'association qui va servir de support légal à cette monnaie intérieure. Jeux, ateliers, films, forum vont continuer cet après-midi. Ce samedi soir, les "Passeurs d'histoire" et "Le pied à l'atelier" avec de la musique traditionnelle ont donné le ton. Mais l'aspect sérieux se recentre autour de l'assemblée constitutive de l'association qui va officialiser le projet.

Sont décidés le périmètre de la monnaie locale, les partenaires, les commerçants et finalement tout un réseau solidaire signataire d'une charte.

Utiliser cette monnaie signifie être engagé dans une dynamique de  territoire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur le principe, les habitants de Magnac-Bourg et peut-être au-delà vont pouvoir acheter les coupons, sorte de billet de banque à effigie locale. Ils s'en serviront pour payer leurs achats dans les commerces adhérents. On peut imaginer des fermiers de vente directe, des professions libérales (infirmiers, comptables...) qui entreraient dans le circuit. Les consommateurs en allant chercher leurs coupons (un euro par coupon) vont faire une avance sur consommation. Le gros avantage de ce système est de constituer un fonds disponible qui peut financer d'autres projets locaux. Chaque signataire aura une attitude responsable notamment sur une qualité saine des produits ou des prestations.

Jean-Philippe Rouanne, qui dirige l'entreprise "Laine et compagnie, la clé des songes", à Château-Chervix, est un des artisans de la mise en place de ce projet de monnaie locale. « Je peux acheter de la laine avec les coupons, dit-il. Je vais créer une richesse locale supplémentaire qui agit comme un marqueur. Et tous les consommateurs qui le feront seront dans cette démarche citoyenne. Utiliser cette monnaie signifie être engagé dans une dynamique de territoire car tous les commerces et autres auront signé une charte éthique qui tient compte de l'environnement, de la qualité de vie. À plus long terme cela apportera de l'attractivité tout en orientant l'épargne locale. L'argent, récolté dans le comptoir d'échanges qui délivre les coupons, sera mis en banque et servira notamment à financer des projets locaux, à octroyer des micros-crédits pour un investissement ou passer un cap de trésorerie. »

 

Renforcement du tissu local

Logiquement ce 10 novembre fera date avec la constitution de l'association. Comme la loi l'exige, c'est l'association qui va servir de support et établir ses statuts, définir le projet fédérateur, les prestataires, les partenaires (banques, élus...), identifier le périmètre de circulation de la monnaie. L'idée qui a fait son chemin depuis deux ans à Magnac-Bourg pourrait courir sur le pays de Saint-Yrieix. De toute façon, il faudra encore du temps et l'application est prévue courant 2014.

« On n'est pas obligé de tout payer en coupons, précise Jean-Philippe Rouanne. Par exemple pour un achat de 5,80 € on peut donner cinq unités locales et 80 centimes d'euros. Les entreprises qui vont recevoir cette monnaie locale auront tendance à la dépenser localement. L'ensemble va créer des liens et renforcer le commerce plus efficacement que les associations de commerçants qui sont plutôt moribondes. » Le pari semble tenu sur le papier et l'on attend maintenant de passer de la théorie à la pratique. «

Les monnaies locales dans les régions

La future monnaie locale du collectif "Ici ensemble" est une première en Limousin mais pas en France. D'autres villes ont adopté ce système depuis plusieurs années.

Le "sol-violette" à Toulouse, "les abeilles" à Villeneuve-sur-Lot ou bien "la sardine" à Quimper : ces noms peu ordinaires sont ceux de la monnaie locale qui est disponible dans ces différentes villes. Aujourd'hui en France, on comptabilise 22 monnaies locales en circu­lation et une trentaine d'autres projets sont en cours sur l'ensemble du territoire.

 

LES ABEILLES. Parmi les monnaies exposées à Magnac-Bourg, on pouvait voir "les abeilles", la monnaie de Villeneuve-sur-Lot.                                                                                         photo Eric Roger

 

A VOTRE AVIS

La monnaie locale, bonne ou mauvaise chose ?

 

MARIE-CLAUDE

Retraité et membre du collectif

« C'est une très bonne chose et c'est pour ça que je suis partante à 100 % dans ce projet. Ça peut relancer l'économie locale et avoir un bon impact sur l'environnement car en achetant au plus près de chez nous, on s'évite des déplacements avec les voitures. »

 

GÉRARD

Artisan fustier

« Une bonne chose car ça va dynamiser la région. La monnaie locale va favoriser l'échange et l'économie. En tant qu'artisan, j'accepterai cette monnaie et je l'utiliserai ensuite. Je crois en cette monnaie et je suis ravi que ce projet aboutisse. ».

 

Article collationné sur le Populaire du Centre

"Lou Pelou" est née mais pas en service

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce fut un week-end productif et festif à la salle des fêtes de Magnac-Bourg, pour la centaine de personnes venues s'informer sur la première monnaie locale limousine.

Une nouvelle fois, à l'initiative du collectif « Ici Ensemble » du sud Haute-Vienne, on abordait publi­quement les modalités de mise en œuvre de cet outil citoyen au service des échanges locaux.

Des ateliers de découvertes, des films et des jeux pédagogiques ont alterné avec1 des séances plénières au cours desquelles les idées et les propositions concrètes ont été mises en commun.

Le dimanche fut de nouveau studieux avec de nouveau temps de découverte et enfin un exercice démocratique qui a permis d'aboutir à la définition des objectifs de l'association porteuse du projet de monnaie locale complémentaire ainsi qu'au choix de son nom : « Changeons d'Echanges en Limousin » Conseil d'animation

Le nom de la monnaie a également été choisi : elle se nommera « Lou pelou » en pensant à la bogue de la châtaigne qui pique les doigts et qu'on ne garde pas en main très longtemps. Ceci illustre bien le fait qu'une monnaie locale circule plus vite qu'une monnaie officielle et qu'à cet égard, elle créée davantage de richesse sur son territoire. Un conseil d'animation transitoire de 12 personnes a été créé afin de terminer la rédaction des statuts et de la charte éthique et une assemblée générale constitutive sera organisée en début d'année 2014.

La présence de nombreux citoyens, d'élus locaux et de prestataires potentiels, leur engagement dans les collèges de l'association et leurs encouragements pour ce projet porteur d'espoir (modeste mais concret) permettent à l'association naissante d'engager son action citoyenne.