L'Accordéon

Il semble que l'ancêtre de l'accordéon ait vu le jour en Chine (- 3000 av. J.-C.) et qu'il se nommait orgue à louche. La famille de cet ancêtre est composée de la guimbarde, de l'harmonica, de l'orchestrions, de l'harmonium et de l'accordéon.

Dans une note intitulée Généralités sur la musique bretonne nous avons noté que l'accordéon aurait fait son apparition en Ille-et-Vilaine vers 1880 et à Lanniau en 1892. Le joueur d'accordéon est appelé le gars du soufflet. Par ailleurs, le clergé breton appelle l'accordéon la boîte du diable, car dans les années trente, les valses et tangos faisaient danser ventre à ventre, ce qui n'était pas du goût de l'église! Il paraîtrait que certains accordéonistes aient été excommuniés (sic).

De son origine, l'instrument a conservé les principes de base :

- production du son : anches libres ;

- mise en vibration : pression ou décompression de l'air ;

- détention de l'air : soufflet situé entre les 2 boîtiers contenant les anches ;

- orientation de l'air par l'ouverture de clapets actionnés par des touches ou des boutons.

 

On distingue deux types d'accordéons :

-  le diatonique (ou à double effet), deux gammes sont seulement chromatiques, deux anches d'accord différent sont montées sur une même lame afin de ne pas produire le même son en fonction du sens de circulation de l'air. Certaines musiques sont ainsi plus faciles à jouer ;

-  le chromatique, dans lequel les deux anches sont identiques et qui a donc des possibilités plus étendues.

Si l'accordéon a été accusé de tous les maux, nous n'oublierons pas que c'est lui qui a permis de renouer avec la musique traditionnelle à une époque où hautbois, cornemuses, vielles étaient en voie de disparition. Les groupes folkloriques de tous les terroirs de France utilisent pour la plupart l'accordéon car il peut être incorporé sans difficulté à des ensembles de musiciens utilisant toutes sortes d'instruments.

Bien entendu le choix de la tonalité de l'accordéon à double effet est souvent guidé par celle des instruments  locaux  (vielle,   cornemuse,  hautbois...)   ce  qui   oblige  parfois   à  avoir  plusieurs accordéons dans des tonalités différentes.

Les tonalités les plus répandues sont: la - ré, sol - do, do -fa.

L'accordéon est universellement connu sous des aspects quelquefois particuliers (bandonéons...). Les possibilités des instruments actuels sont impressionnantes et permettent de figurer dans l'exécution de musiques très diverses, de la musique traditionnelle à la musique savante.

 

Méthodes et notations

II existe plusieurs types de notation pour jouer d'un accordéon à double effet. Les musiciens traditionnels aguerris en proposent dans beaucoup de régions.

Notons qu'en Pays Basque, l'accordéon se nomme trikitixa et serait arrivé par Bilbao.

Polka du papa pour accordéon