Nostre Parlar (notre langue) :

La langue Limousine (nord occitan) était jusqu'au milieu du siècle la langue "officielle" le français n'étant qu'une langue "administrative".
La désertification, le "bannissement des vieilles langues" ont eu raison de ce parler. De nos jours ce parler chantant subsiste dans les parties de chasse, foires et bien sur dans notre comice agricole.
Cette langue, parlée essentiellement, ne s'écrit pas comme le français : voici quelques remarques d'après des documents de Nostre Piere :

 

- les lettres Y - K - X n'existent pas

- le E se prononce é (pas de e muet)

p

e

l

e

l

e

é

é

é

- le A final se prononce o

l

a

c

h

a

m

i

n

a

d

a

(la cheminée)

o

a

a

o

mais au pluriel

l

a

s

c

h

a

m

i

n

a

d

a

s

a

a

a

a

- le o se prononce ou

l

o

l

o

p

(le loup)

ou

ou

l

a

p

o

d

r

a

(la poudre)

o

ou

o

- le nh se dit gn

l

a

m

o

n

t

a

n

h

a

(la montagne)

o

g

n

o

- le lh se dit li

l

a

f

i

l

h

a

(la fille)

o

l

i

o

- certains mots prennent des lettres finales qui ne se prononcent pas mais se justifient :

u

n

c

o

s

t

o

_______________

c

o

s

t

o

n

a

r

ou

ou

c

ou

t

ou

n

a

u

n

c

o

t

o

n

l

o

j

o

r

n

_______________

l

o

j

o

r

n

a

u

ou

ou

r

ou

j

ou

r

n

o

l

e

j

o

u

r

l

e

j

ou

r

n

a

l

En limosin _______________________ En Limousin
Païs chausit ______________________ Pays choisit
Chasteu-Chervic __________________ Château Chervix
Lo ben servit _____________________ Le bien servit
Venietz braves gens ________________ Venez braves gens
Nos vos esperem __________________ Nous vous attendons

 

 

CHÂTEAU-CHERVIX

Notre Langue

Zone de Texte: Per lo dich de parlar.

 

Un petit clin d’œil en occitan…. Un extrait du livre écrit par une voisine de Vicq : Monique Sarrazy. Une chronique plus que véridique de la vie de sa tante : la Lison dau Peirat

 

« La l’i eria pas forta per voiajtar loenh loenh, la Lison  de temps en temps, quand ‘la avia mestier de se chaptar daus pantalons, la damandavo a sa neboda de la menar a la fieiro de Sent-Irieis o be de la Crosilha. La començavo totjorn perfar tot lo torn de la fiera ; visava tots los bancs. Au segond cop, la se plantava davant lo banc ente vendian las malinas ; la visava e la esperava. Lo fieiraire chabava per li damandar ço que la volia chaptar. La li respondia que la ne podia res chaptar perque lla eria mas na paubra vielha que n’avia pas de sous. Ilhs se fasian daus mas-si mas-n’es e quo chabavo totjorn parier :

« - Donnez-moi une paire de culottes.

-Ah ! je savais bien mamie que je vous vendrais quelque chose aujourd’hui. Lesquelles voulez-vous : unies ou à fleurs ?

- De las malinas a flors ? Queraque pas ! que lo bon Diu me’n garde ! eu voldria me fas marcar au jornau queu vendeire ! des blanches, Monsieur, des blanches…. A flors ! as-tu vist lo diable ?

-Quelle taille mamie ? du 48 ?

-Ça que vous me dites ! du 48 ! C’est bon pour la petite !  du 54 !

-Ça roule, mamie. Et envoyez : deux culottes blanches taille 54 pour la mamy !

-Non !pas deux culottes. Une pairrre de culottes, je vous ai dit.

-Eh  bien, mamie une paire c’est bien deux…

-Escota, p’ita, dija-li te. Explica-li que dins un parelh de malinas,l’i a dos cros per conha las doas jarras. Es pu bestia que lo darrier de notro chena ! »

 

Si vous voulez lire la suite, le livre est à la bibliothèque !