Historique & PrésentationPremière période 1936/1939

En 1923, René Farnier, Jean Rebier et Albert Pestour créaient à Limoges le plus ancien groupe folklorique de la Haute-Vienne : l'Eicola dau Barbichet. Rassemblant des jeunes limougeauds désireux d'apprendre la langue et les danses limousines, l'association comptait parmi ses membres des étudiants originaires du département. L'un d'entre eux, André Bernis, étudiant en médecine et originaire de La Croisille-sur-Briance, encouragea son frère Adrien à le rejoindre pour apprendre à jouer de l'accordéon.

Puis, tous deux eurent l'idée de créer un groupe folklorique à La Croisille.

Après avoir obtenu l'autorisation du Majoral Farnier, ils firent part de leur projet à leurs copains du village et c'est ainsi que naquit au cours de l'été 1936, l'Eicola dau Mount-Gargan.

Il fallait rapidement mettre en place la logistique de l'association. Un bureau fut constitué avec à sa tête le pharmacien du village, Georges Roux. L'association déclarée en préfecture, il fut décidé que les répétitions se tiendraient tous les samedi soirs dans la salle de bal du café-restaurant Bernis ou à l'usine Deguillaune (route des Prades).

Les jeunes filles cherchèrent dans les armoires des grands-mères jupons et coif­fes tandis que les garçons trouvèrent dans leurs familles blouses et chapeaux. La jeune société compléta le tout en achetant du tissu à Limoges pour la confection des robes.

Le programme des danses était tout trouvé : on reprendrait les grands classiques de la région exécutés par l'Eicola dau Barbichet (lo pelele, la jaça, la crotzada, lo cotilhon vert, lo manuguet, la grande bourrée,...) le tout accompagné par l'accordéon, la cabrette et la clarinette et supervisé par le «maître danseur», Justin Deprat.

En 1937, le groupe fera l'acquisition d'une cabrette (au magasin de Martin Cayla à Paris) et d'une vielle.

Le théâtre était également au programme puisque la troupe du groupe interprétait des pièces en langue limousine du Majoral Farnier.

Le groupe se produisit pour la première fois à Surdoux, le 13 septembre 1936. Puis, la plupart des villages alentours, pour leur fête patronale ou leur concours agricole, reçurent le groupe : Châteauneuf-la-Forêt, Saint-Germain-les-Belles, Masseret, La Por­cherie et bien sûr La Croisille.

1936

13 septembre : Surdoux

27 septembre : La Croisille-sur-Briance

28 septembre : La Croisille-sur-Briance 4 octobre : Domps

25 octobre : Châteauneuf-la-Forêt

15 novembre : Saint-Léonard-de-Noblat

13 décembre : Masseret (19)

20 décembre : Saint-Germain-les-Belles

25 décembre : La Croisille-sur-Briance

(banquet à l'hôtel BERNIS)

27 décembre : La Croisille-sur-Briance (bal)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« EICOL.A DAU MOUN GARGAN »   — LA CROISILLE-sur-BRIANCE (Haute-Vienne)

Première photographie du groupe prise dans la cour de la maison Bariaud dans le bourg de La Croisille.

 

debout dernier rang : Germaine Latouille; Pierre Deprat; Paulette Denardou; René Bariaud; Marguerite Denardou; Jean Bariaud.

debout: Paul Lajoie; Jeanne Texier: Justin Deprat; Renée Sautour; Renée Verdeyme; Raymond Château. assis premier rang :Germaine Chaumeil; Raymond Laversanne; André Latouille; André Bernis; Adrien Bernis; Jean Regaudie; Jeanne Barnagaud.